daytona

COLLECTION VINTAGE

HEUER DAYTONA

Heuer a lancé ses chronographes équipés du Calibre 12 en 1969, et ces chronographes sont passés par trois « générations » distinctes au cours des années 1970. Les « modèles de lancement » de 1969 - Autavia et Carrera - étaient issus du style des années 1960, avec des boîtiers conçus pour accueillir les grands mouvements automatiques, et la Monaco représentait le design avant-gardiste de l'époque. La « deuxième génération » de chronographes automatiques a été lancée en 1971, Heuer ayant créé des styles audacieux de boîtiers, de cadrans et d'aiguilles qui capturaient l'aventure et l'allure extravagante de la nouvelle décennie. La Calculator, la Montréal et la Silverstone étaient des morceaux d'acier inoxydable surdimensionnés qui abritaient des cadrans distinctifs en bleu, noir, blanc, or, rouge, bleu et fumée. Avec la « troisième génération », introduite en 1976, Heuer a réduit les excès des modèles précédents des années 1970, incorporant l'énergie de la course et des sports automobiles, mais avec un look plus raffiné et élégant.


Le chronographe Daytona, introduit en 1976 et nommé d'après l'un des sites de course légendaires, incarnait l'approche de Heuer dans la troisième génération.

Le design de la Daytona était un choix audacieux pour l'époque. Jack Heuer, qui était PDG de Heuer lorsque le chronographe Daytona a été lancé, a expliqué qu'il voulait s'éloigner du look de la Carrera et de la Monaco et proposer quelque chose de nettement nouveau. En fait, un examen attentif du boîtier de la Daytona montre que son allure a été inspirée par une montre Heuer radicale présentée juste un an auparavant : la Chronosplit.

CONTEXTE


Jack Heuer explique son choix du nom « Daytona » :


« Daytona a été choisi parce que ce mot sonne bien et est bien connu sur notre marché clé, les États-Unis. En fait, nous avons baptisé de nombreuses montres en fonction des circuits de course pour montrer indirectement que nous nous adressions vraiment au public des sports automobiles ! »


En fait, le nom « Daytona » a été utilisé régulièrement tout au long de la période, notamment pour la célèbre Ferrari 365GTB/4 qui a obtenu le surnom de Daytona et le chronographe Rolex Daytona. Le nom vient du Daytona International Speedway, à Daytona Beach, en Floride. C'est sur ce circuit que se déroule la célèbre course de 500 miles de Daytona pour les stock-cars, ainsi qu'une course de 24 heures pour les voitures de sport, qui se déroule sur une piste combinant un ovale et une route.

DESIGN


La Daytona présente un boîtier en acier inoxydable brossé de 39 mm (la même taille que la Carrera contemporaine), avec les poussoirs du chronographe à droite et la couronne à gauche - la carte de visite des montres Heuer équipées du Calibre 12.


L'une des caractéristiques distinctives de la montre est le bracelet en acier intégré, ce qui signifie que, la montre n'ayant pas de « cornes », avoir un bracelet en cuir n'est pas possible. La Daytona n'était pas le seul modèle Heuer en acier avec un bracelet intégré, la montre partageant plusieurs éléments de son design avec la Heuer Cortina (ci-dessous) qui a suivi un an plus tard en 1977. Les deux montres partagent un cadran très similaire (seule la forme des aiguilles du sous-cadran diffère), le même mouvement, une taille de boîtier similaire et un bracelet intégré.

Mais tandis que la Cortina était pointue et octogonale, la Daytona était arrondie et douce, avec une finition en acier brossé et un verre en plexiglas qui s'intégrait parfaitement au boîtier.


Le chronographe Daytona a adopté sa forme de « galet » et la finition du boîtier de la Heuer Chronosplit radicale de 1975 (ci-dessous), bien que la Daytona utilise un mouvement mécanique traditionnel, plutôt que le mouvement LED/LCD de la Chronosplit. Les deux montres ont également un bracelet en acier conçu pour être une extension du boîtier.

La Heuer Daytona a continué à faire partie de la gamme Heuer de 1976 à 1980, date à laquelle les couleurs de cadran bleu et fumé ont été abandonnées. Malgré son aspect séduisant, Jack Heuer remarque que la Daytona n'était « certainement pas un flop, mais pas non plus un grand succès ». Elle a souffert des concurrents à quartz à bas prix, comme toutes les montres mécaniques à la fin des années 1970.

CADRAN


La caractéristique distinctive du cadran de la Daytona est la subtile finition dégradée, ce qui signifie que le centre du cadran est d'une couleur plus claire qui devient progressivement plus foncée à mesure que l'on se rapproche du bord extérieur. Il y avait deux options de couleur : bleu foncé et fumé (« Smoke »).

BRACELET

Comme indiqué plus haut, la Daytona n'était vendue que sur un bracelet en acier inoxydable, le bracelet étant intégré à la « tête » de la montre.

MOUVEMENT


La Daytona est équipée du mouvement Calibre 12 Chronomatic propre à Heuer, lancé pour la première fois en 1969 sous le nom de Calibre 11 sur les modèles Monaco, Carrera et Autavia. Le mouvement se trouve derrière un fond de boîtier qui s'inspire également de celui proposé sur la Chronosplit, avec le numéro de référence et le numéro de série gravés sur le fond du boîtier.

HEUER DAYTONA RÉF 110.203B - cadran bleu


La Daytona bleue est un modèle relativement courant, dont le magnifique cadran « bleu nuit » contraste avec le boîtier et les aiguilles en acier inoxydable. Comme pour d'autres chronographes Heuer vintage qui utilisaient des cadrans bleu foncé (par exemple, la Monaco et la Skipper), les cadrans de la Daytona bleue sont sujets à des changements de couleur au fil des ans, devenant souvent considérablement plus clairs vers le centre. Les deux couleurs de cadran, bleu et fumé, présentent une bride tachymétrique intérieure noire, qui encadre parfaitement le cadran.

HEUER DAYTONA RÉF 110.203F - Cadran fumé


Le modèle fumé est moins courant que le bleu et possède un cadran de couleur similaire à celui de la Silverstone, mais sans la finition en forme d'étoile. Les cadrans fumés de la Daytona présentent également les effets de la « patine », le pigment devenant plus clair vers le centre du cadran.

RÉSUMÉ

Heuer a introduit la Chronosplit électronique en 1975, et a utilisé le même boîtier de style ultra-moderne et le même bracelet intégré pour la Daytona, avec son mouvement automatique Calibre 12. Le style de peinture « gradient » sur les modèles à cadran bleu nuit et fumé était susceptible de changer au fil des ans, avec pour résultat que pour les collectionneurs d'aujourd'hui, aucune pièce ne présentera exactement la même couleur. Chaque montre a une empreinte unique, ce qui contribue au mystère de la collection de ces modèles.