VINTAGE HEUER MONACO

Au milieu des années 1960, alors que Heuer travaillait d'arrache-pied sur le projet de développement de la première ligne de chronographes automatiques au monde (sous le nom de code « Project 99 »), la société s'est trouvée confrontée à la question de savoir quels modèles utiliseraient le nouveau mouvement (finalement appelé mouvement Calibre 11). Datant de 1962 et 1963, l'Autavia et la Carrera semblaient être des modèles appropriés pour porter le nouveau drapeau. Comme l'a dit Jack Heuer dans une interview :



« Nous avons donc décidé de faire une Carrera, car la Carrera était déjà un très bon modèle en non-automatique. Nous l'avons fabriqué avec un remontage automatique, mais ce mouvement [Calibre 11] était un peu plus épais. Nous avons donc dû modifier un peu la forme. Puis nous avons décidé qu'il nous fallait quelque chose pour notre marché de l'aviation et de l'automobile, et nous avons donc créé l'Autavia. »


Le choix de l'Autavia et de la Carrera était judicieux. Avec sa lunette tournante et sa taille relativement grande, l'Autavia était une montre outil pour la course et l'aviation, et l'augmentation de la taille du boîtier semblait cohérente avec le style de la montre. La Carrera utilisait un boîtier rond traditionnel et avait la préférence des personnes dynamiques qui souhaitaient quelque chose d'un peu plus élégant, et son style pouvait également être repris dans un boîtier plus grand. En effet, ces deux modèles pouvaient être « agrandis », afin que le boîtier puisse accueillir le mouvement Calibre 11, plus grand.


Heuer anticipated, however, that the new automatic chronographs would be a sensation, and to fully leverage the effort and expense of creating the new movement, it would be prudent to add a third model to the line-up. With the Autavia and Carrera both reflecting traditional styles and being well-established in the market, Jack Heuer believed that Heuer could take the chance of creating a third model that would be “out of the box.” As Jack Heuer explained in his autobiography the role of Piquerez in developing the Monaco:


« Un jour, un représentant de l'un de nos fournisseurs d'écrins les plus fiables, une société appelée Piquerez, située à Bassecourt dans le Jura, est venu nous voir lors d'une de ses visites régulières pour nous montrer les derniers échantillons d'écrins de Piquerez sous forme de maquettes. Il a notamment attiré notre attention sur un nouveau boîtier carré breveté que Piquerez avait mis au point, en soulignant le fait qu'il était totalement étanche. Nous avons immédiatement su qu'il s'agissait de quelque chose de spécial, car jusqu'alors, les boîtiers carrés n'étaient utilisés que pour les montres habillées, car il était impossible de rendre un boîtier carré totalement étanche. Chez Heuer, la décision avait été prise vers 1941 de ne produire que des chronographes étanches, car toute eau pénétrant dans le boîtier d'un chronographe et atteignant le mouvement provoque de sérieux dégâts dont la réparation est très coûteuse.

Nous avons immédiatement apprécié la forme carrée spéciale et avons pu négocier un accord avec Piquerez qui nous a assuré l'utilisation exclusive du design du boîtier pour les chronographes. Ainsi, nous pouvions être sûrs que Breitling ne produirait pas un chronographe logé dans un boîtier similaire lorsque nous dévoilerions tous nos nouveaux produits utilisant le mécanisme révolutionnaire à remontage automatique basé sur le microrotor du Calibre 11, qui était au cœur du Project 99. Le boîtier carré révolutionnaire serait le logement parfait pour notre chronographe-bracelet avant-gardiste "Monaco". »

Ces histoires sur la naissance de la Monaco expliquent pourquoi Heuer a pris un tel risque avec la forme de la montre. En effet, à l'instar d'un concept de voiture mettant en avant un nouveau moteur, la forme radicale a été choisie pour attirer l'attention sur la nouveauté du mouvement (et aussi sur les modèles Autavia et Carrera qui l'accompagnent). Il s'agissait d'une montre de déclaration conçue pour l'avant-garde - et non pour le courant conventionnel.


Et notre examen de son histoire, tant dans les années 1970 que dans le siècle actuel, démontrera que si le chronographe Monaco était, en fait, en avance sur son temps en 1969, il a récemment pris la place qui lui revient en tant que classique intemporel, conformément à l'objectif de Jack Heuer de construire une montre pour ceux qui aiment les styles avant-gardistes.

DESIGN DE LA MONACO

La Monaco est un chronographe unique, une pièce emblématique du design de la fin des années 1960, immédiatement reconnaissable.

BOÎTIER

La Monaco possède un boîtier en deux parties relativement simple, dont la partie supérieure, parfois appelée lunette, est maintenue à l'arrière par des goupilles à ressort. Toutes les versions vintage de la Monaco ont le même boîtier de base - il est en acier inoxydable, mesure 39 millimètres de diamètre et 22 millimètres entre les cornes. Les côtés du boîtier sont arrondis pour donner une forme convexe plutôt que droite, et les bords du boîtier et des cornes sont nets.


La finition du boîtier est l'une des caractéristiques du modèle, une combinaison unique de surfaces brossées et polies sur le devant du boîtier. Le fond du boîtier présente un centre poli, marqué du bouclier Heuer et du numéro de l'outil utilisé pour ouvrir le boîtier (Outil n°033), avec une finition brossée soleil entre le centre et les bords.


Comme sur tous les chronographes Heuer de l'époque, la référence du modèle est gravée entre une paire de cornes, tandis que le numéro de série est gravé entre les autres cornes.

CADRANS

En termes simples, il existe deux couleurs de cadran pour les Monacos de production standard : bleu nuit et gris anthracite. Cependant, en y regardant de plus près, nous constatons une variété de nuances dans les gammes de bleu et de gris (par exemple, les premiers modèles bleus ont une finition métallique profonde, tandis que les modèles bleus ultérieurs sont d'une nuance plus pâle, et le modèle Calibre 15 (décrit ci-dessous) a encore une nuance différente.



Les cadrans gris présentent une variété similaire de nuances, avec des finitions grainées, des gris plats et des nuances plus sombres qui peuvent presque ressembler à du noir. Le modèle gris Calibre 15 est entièrement différent de tous les autres modèles gris, étant de couleur argent doré avec une belle finition brossée.

Au fil des ans, nous avons constaté que les peintures bleu profond utilisées sur les cadrans de montres à la fin des années 1960 se sont révélées avoir des problèmes de durabilité. Alors que la peinture est restée entièrement intacte sur certaines montres, nous voyons également des échantillons qui ont perdu tout leur pigment bleu (de sorte que le cadran est maintenant de la couleur du matériau en laiton sous-jacent) et d'autres échantillons qui ont souffert d'une perte de peinture dans des zones limitées du cadran (généralement, à proximité des marqueurs appliqués).

Les cadrans de la Monaco - qu'ils soient à deux ou trois registres - ont tous une échelle des minutes circulaire imprimée qui contraste merveilleusement avec les bords émoussés du boîtier carré.


La disposition la plus inhabituelle des registres se trouve sur les modèles du Calibre 15, qui ont un seul registre des minutes du chronographe à 3 heures et une petite aiguille des secondes à environ 9 h 30 sur le cadran, avec un marquage en forme de croix. Ce sont également les seuls chronographes Monaco vintage dont les index sont positionnés de manière radiale (un style qui a été repris dans de nombreuses rééditions produites par TAG Heuer).

STEVE MCQUEEN ET LA HEUER MONACO

Bien avant l'ère des « acteurs ambassadeurs », Steve McQueen portait une Heuer Monaco dans le film Le Mans, fournissant une série d'images iconiques qui, aujourd'hui encore, constituent un élément central des campagnes de marketing de TAG Heuer. Mais comment McQueen en est venu à porter une Monaco à son poignet ? Encore une fois, nous nous tournons vers Jack Heuer pour l'histoire :


« J'avais recruté Don Nunley, un maître de propriété à Hollywood, pour m'aider dans mes premiers efforts de placement de produits dans les films hollywoodiens. Début juin 1970, il m'a appelé d'Hollywood et m'a dit : "Jack, j'ai de bonnes nouvelles pour vous. J'ai été nommé maître de propriété sur le film ‘Le Mans’, dans lequel Steve McQueen a joué le rôle d'un pilote de course. Mais maintenant, j'ai besoin de bien plus que quelques chronographes. J'ai besoin de chronomètres, de minuteries, de grands chronographes de poche et de tout autre accessoire de chronométrage utilisé dans les courses automobiles. Mais je dois avoir tout cela dans les dix prochains jours car nous commençons le tournage au Mans dans une semaine ou deux.


En entendant le nom du Roi du Cool associé aux chronomètres, mes oreilles se sont immédiatement dressées et je me suis immédiatement mis au travail pour préparer tout cet équipement et le mettre en caisse pour l'envoyer en France. Cependant, comme ces montres et appareils de chronométrage n'avaient pas été techniquement mis en vente, il m'aurait fallu trop de temps pour obtenir les documents d'exportation requis pour ce qui ne serait en fait qu'une "importation temporaire". J'ai simplement demandé à notre chauffeur de ne pas les déclarer à la frontière lors du passage en France. Le chauffeur, Gerd-Rüdiger Lang, avait demandé à travailler pour nous afin d'améliorer ses connaissances de l'horlogerie en général et des chronographes en particulier. C'était une personne très sympathique et talentueuse et j'avais l'intention de l'envoyer dans notre filiale américaine avec un visa américain temporaire. Cela s'est avéré impossible, car dans notre cas, ces visas américains spéciaux n'étaient délivrés qu'aux citoyens suisses et Gerd-Rüdiger était allemand.


Quoi qu'il en soit, j'ai donné à Gerd-Rüdiger de l'argent pour ses frais de voyage et il est parti pour Le Mans dans sa propre voiture chargée de notre équipement. Il a bien sûr été arrêté à la frontière française et a dû remettre la plupart de l'argent pour ses frais de voyage pour payer les droits de douane et une amende. Mais il est arrivé à temps sur le plateau de tournage au Mans et a livré tous les accessoires à Don Nunley. Il a également pu rencontrer Steve McQueen et est rentré sain et sauf à Bienne.

Environ 10 jours plus tard, j'ai reçu un autre appel de Don Nunley qui a dit : "Jack, cette fois j'ai une meilleure nouvelle pour vous. Nous avons terminé les essais et nous commencerons à tourner pour de vrai demain. Steve McQueen va porter l'un de vos chronographes-bracelets "Monaco" et portera également le logo Heuer sur sa combinaison. Mais j'ai un problème : que vais-je faire des montres lorsque le tournage sera terminé, dans environ trois semaines ?". Ravi de cette bonne nouvelle, j'ai réfléchi un instant et j'ai eu des visions cauchemardesques des tracasseries douanières si nous essayions de ramener les montres que nous avions "passées frauduleusement" en France. J'ai dit à Don qu'il pouvait donner les montres en cadeau.


Comme je n'étais pas présent au moment où Steve McQueen a choisi de porter une Heuer "Monaco", j'ai dû me fier aux ouï-dire de Don Nunley et de Derek Bell, le pilote britannique qui a également participé au tournage. La société cinématographique avait engagé deux pilotes de course professionnels pour apprendre à McQueen à conduire la Porsche 917, incroyablement rapide. L'un était Derek Bell et l'autre Jo Siffert, qui était sous contrat avec nous. McQueen et Siffert s'entendaient particulièrement bien, peut-être parce qu'ils avaient tous deux commencé leur vie dans des circonstances modestes et étaient devenus des superstars dans leurs professions respectives. La veille du début du tournage, l'un des responsables de la production du film, Robert Rosen, est allé voir Steve McQueen et lui a dit : "Steve, demain nous commençons à tourner pour de vrai. Jusqu'à présent, vous avez porté plusieurs types de combinaisons de course, mais vous devez maintenant choisir le look que vous voulez porter." Apparemment, McQueen a désigné Jo Siffert et a dit qu'il voulait lui ressembler. Siffert a alors couru chercher dans sa caravane une de ses combinaisons de course blanches portant le logo Heuer sur le côté cœur et l'a tendue à McQueen.

Puis Don Nunley est allé voir McQueen et a dit : "Maintenant, vous devez choisir une montre - voici une belle Omega !" Apparemment, McQueen a ensuite rendu l'Omega à Nunley en disant : "Pas une Omega, ils pourraient utiliser mon nom", et à la place il a choisi une Heuer "Monaco", n'ayant jamais entendu parler de nous. Don Nunley dit qu'il a dû proposer la "Monaco" parce que c'était la seule montre dont il possédait trois modèles identiques. Il en avait besoin de trois, car un modèle serait utilisé pour les prises de vue en direct de la course, un autre pour les photos et un dernier comme modèle de rechange au cas où les autres seraient endommagés. De plus, si la combinaison de course de Jo Siffert était ornée du logo Heuer, la continuité cinématographique exigeait que le pilote porte également un chronographe Heuer au poignet ! »


Le modèle spécifique que McQueen portait dans Le Mans était la référence 1133B Monaco, et certaines des montres utilisées par McQueen lors du tournage sont désormais exposées au Musée TAG Heuer.

LA GAMME MONACO VINTAGE

Il existe quatre références de district dans la gamme Heuer Monaco vintage : deux types de chronographes automatiques et deux types de chronographes à remontage manuel.

  • Référence 1133 -- Mouvement automatique Calibre 11/12 avec un cadran bleu ou gris (1969 à 1975)
  • Référence 1533 -- Mouvement automatique Calibre 15 avec un cadran bleu ou gris (1972 à 1975)
  • Référence 73663 -- Mouvement manuel Valjoux 7736 avec un cadran bleu ou gris (1972 à 1975)
  • Référence 74033 -- Mouvement manuel Valjoux 7740 avec un cadran bleu ou gris (et production limitée avec un cadran noir) (1974 à 1975, et 1977 pour le cadran noir)

RÉFÉRENCE 1133B - CHRONOMATIC ET TRANSITIONAL

Le tout premier lot de Monacos en 1969 avait un cadran bleu métallique avec une lueur bleu clair/vert sur les points du cadran et les aiguilles. Ces premiers échantillons sont faciles à repérer avec leurs aiguilles des heures et des minutes en acier à bouts carrés, le légendaire texte « Chronomatic » au-dessus du logo Heuer et le « Monaco » imprimé en bas du cadran.


La version Chronomatic de la Monaco a été produite pendant une très courte période (et en quantités limitées). Jack Heuer a expliqué que, notamment aux États-Unis, les clients et le personnel de vente des magasins de détail ne réalisaient pas que « Chronomatic » signifiait « Automatic Chronograph » (Chronographe automatique). Heuer a donc rapidement décidé d'abandonner le nom « Chronomatic » et d'imprimer « Automatic Chronograph » en bas du cadran. 


Les premières montres après l'abandon du nom « Chronomatic » ont le même style de peinture et d'aiguilles, et sont connues sous le nom de version « Transitional », car elles sont le modèle qui fait passer le look de la Monaco du bleu « Chronomatic » à la « production » standard Référence 1133B, telle que portée par Steve McQueen.

RÉFÉRENCE 1133B - VERSION DE PRODUCTION STANDARD

La version de « production » standard du chronographe Monaco, telle que portée par Steve McQueen dans le film Le Mans, a eu la plus grande production de tous les chronographes Monaco vintage. La peinture est un bleu nuit plat (non métallique) et les registres sont d'un blanc éclatant. Les aiguilles de la Monaco « McQueen » ont une finition métallique brossée, avec des inserts lumineux et rouges et des pointes triangulaires rouges. Ces aiguilles se retrouvent sur la majorité des Monacos vintage, avec un petit lot d'aiguilles à moitié rouges, et les toutes premières (Chronomatic et Transitional) avec leurs aiguilles rectangulaires distinctives et la dernière référence (revêtue de noir) 74033N.

RÉFÉRENCE 1133G CADRAN GRIS

Il n'y avait pas de version « Chronomatic » avec un cadran gris, mais deux modèles de production standard (Référence 1133G). La première exécution avait un cadran gris métallique, avec des registres assortis, et la seconde exécution avait un cadran gris métallique, avec des registres noirs contrastés.

RÉFÉRENCE 1533 - CALIBRE 15

En 1972, Heuer a introduit le mouvement Calibre 15, dans le but de réduire le coût des chronographes Calibre 12 précédents. Proposé sur les gammes Monaco, Autavia et Carrera, aux côtés des variantes du Calibre 12, le mouvement Calibre 15 supprime le compteur d'heures et utilise un système antichoc moins coûteux. 


Les chronographes du Calibre 15 ont un registre de 30 minutes à 3 heures et une aiguille de petites secondes à 9 h 30 sur le cadran.


Heuer a profité de la révision de la disposition du mouvement pour offrir un tout nouveau look aux chronographes Calibre 15 Monaco.

RÉFÉRENCE 1533B CADRAN BLEU

La Référence 1533B Monaco possède un cadran bleu nuit, avec ses index appliqués positionnés radialement. Le registre des minutes du chronographe, situé à 3 heures, varie en couleur, allant du blanc au bleu-gris.

RÉFÉRENCE 1533G CADRAN GRIS

La Référence 1533 G Monaco a un cadran gris métallique, qui est unique à cette version de la Monaco, avec les minutes du chronographe peintes en bleu foncé/gris.

RÉFÉRENCE 73633- VALJOUX 7736

Dans un effort supplémentaire pour rendre la Monaco plus accessible, une version à remontage manuel a été introduite, animée par le calibre Valjoux 7736.

RÉFÉRENCE 73633B CADRAN BLEU

La Référence 73633 B présente un schéma de couleurs identique à celui de la Monaco « McQueen » automatique de série, avec un troisième registre pour l'aiguille de petites secondes positionné à 9 heures.

RÉFÉRENCE 73633G CADRAN GRIS

La référence 73663 G Monaco à trois registres a été produite en deux exécutions, qui font écho aux modèles automatiques de la référence 1133 G. La première exécution avait un cadran gris métallique, avec des registres assortis, et la seconde exécution avait un cadran gris métallique, avec des registres noirs contrastés.

RÉFÉRENCE 74033- VALJOUX 7736

Les Monacos Référence 74033 utilisent la même disposition à deux registres / date que les modèles automatiques référence 1133, avec la suppression de l'impression « Automatic Chronograph » (Chronographe automatique) sur le cadran, car il est désormais alimenté par un mouvement à remontage manuel, et le déplacement de la couronne sur le côté droit du boîtier.

RÉFÉRENCE 74033B CADRAN BLEU ET 74033G CADRAN GRIS

La Référence 74033 B utilise les mêmes couleurs que la Monaco automatique « McQueen » (référence 1133B), tandis que la référence 74033 G correspond aux couleurs de la Monaco automatique grise de première exécution (référence 1133G).

LA RÉFÉRENCE 74033N (BOÎTIER À REVÊTEMENT NOIR)

Heuer a arrêté la production des chronographes Monaco vers 1975, mais comme les chronographes à revêtement noir sont devenus plus populaires au cours de la décennie, la société a produit une version supplémentaire de la Monaco, utilisant un boîtier à revêtement noir et un cadran noir distinctif (la référence 74033 N). Les trois aiguilles du chronographe (pour les heures, les minutes et les secondes) ont été peintes en orange vif, tandis que les index du cadran étaient de simples bandes lumineuses. Des aiguilles d'un blanc éclatant complétaient le look très spectaculaire de cette toute dernière version de la Monaco.  

Cette version de la Monaco n'est jamais apparue dans un catalogue Heuer, et l'histoire de sa production et de sa distribution reste un mystère. Interrogé sur la montre, Jack Heuer a suggéré :



« Je ne me souviens pas vraiment - vous voyez, le noir militaire est devenu à la mode à la fin des années 1970 et nous étions parmi les premiers utilisateurs du noir militaire - cela ne coûtait pas grand-chose de prendre votre boîtier existant et d'y ajouter le revêtement, donc nous devions élargir la collection car peut-être que quelqu'un achèterait un peu plus de Monaco, mais je ne me souviens pas quand nous l'avons fait.... peut-être avons-nous dit faisons 100 pièces pour essayer. »



Le consensus parmi les collectionneurs d'aujourd'hui est que la référence 74033 Monaco à revêtement noir a été produite par Heuer en quantités relativement faibles, avec une distribution limitée aux marchés où la société pensait que l'aspect « tactique » de la montre rencontrerait du succès. La montre n'est jamais apparue dans aucun catalogue ou publicité Heuer.

RÉSUMÉ

Lorsque Heuer a présenté ses premiers chronographes automatiques en 1969, l'Autavia et la Carrera ont été dotées de nouveaux boîtiers pour accueillir le mouvement Chronomatic Calibre 11 plus grand, tandis que la Monaco était un modèle entièrement nouveau, sa forme et ses couleurs radicales étant conçues pour mettre en valeur le nouveau mouvement qui allait mener Heuer dans les années 1970. Ironiquement, l'Autavia et la Carrera ont survécu à cette décennie si difficile pour l'industrie horlogère suisse, tandis que la Monaco a été abandonnée vers 1975. Cependant, depuis que TAG Heuer a créé la première réédition de la Monaco en 1997, la Monaco a été produite dans une grande variété de styles, de couleurs, de configurations et de matériaux, certains suivant les lignes des tout premiers modèles des années 1970 et d'autres amenant la collection Monaco encore plus loin que le design conventionnel des montres. Oui, la Monaco était en avance sur son temps en 1969, mais les 25 dernières années ont démontré que le « cercle dans le carré » est le design intemporel qu'il devait être.