MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

COLLECTION VINTAGE

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

RÉSUMÉ

Heuer était dans une position unique lorsque les fabricants de montres suisses ont commencé à produire des montres à quartz et des chronographes à affichage numérique ou à affichage mixte analogique-numérique. Les premières montres numériques étaient conçues pour rompre avec le passé et contenaient une technologie très avancée. Les montres se vendaient plus cher que leurs homologues mécaniques. Au début des années 1980, une montre Heuer « numérique » était simplement un modèle analogique conventionnel doté d'une étroite fenêtre indiquant des fonctionnalités supplémentaires. La révolution a progressé rapidement, et ce qui était rare et révolutionnaire au milieu des années 1970 était devenu courant à la fin de la décennie.


C'est le rythme de développement des micropuces qui est en cause, car la technologie numérique LCD est rapidement devenue bon marché et omniprésente : les modèles haut de gamme de Heuer et d'autres fabricants suisses n'offraient guère d'avantages par rapport aux modèles produits en série au Japon. Le numérique n'était plus avancé, ni high-tech... il était simplement bon marché, ce que Heuer ou les autres marques de montres suisses ne voulaient pas être.


Quarante-cinq ans plus tard, la Chronosplit, la Manhattan et la Senator sont très appréciées des collectionneurs et marquent le moment où Heuer et les marques suisses ont entrepris un nouveau voyage dans le domaine numérique.

Les collectionneurs considèrent souvent que les années 1970 ont été la décennie la plus dynamique de l'histoire de Heuer, ce qui n'est pas étonnant si l'on considère la combinaison du mouvement révolutionnaire Chronomatic (Calibre 11 et 12) et d'une liste de noms célèbres : Monaco, Silverstone, Monza et Montreal, et les versions automatiques de l'Autavia et de la Carrera, pour n'en citer que quelques-uns. L'autre raison pour laquelle les années 1970 se distinguent est qu'en même temps que Heuer développait des chronographes mécaniques innovants, elle était également à la pointe de la technologie numérique à quartz de haute précision.

L'intérêt pour l'électronique a été fortement stimulé par Jack Heuer, qui a fait une longue carrière dans l'industrie électronique après avoir quitté Heuer en 1982. Jack s'est rendu dans la Silicon Valley en 1972 et a pu constater de visu les progrès de la technologie des micropuces. Si Heuer a lancé le Microsplit 800 (le premier chronomètre numérique au monde) en 1972, il lui a fallu attendre trois ans pour utiliser cette technologie dans une montre-bracelet.

L'ère numérique de Heuer n'a duré que sept courtes années (1975-1982), mais au cours de cette période, Heuer a lancé une incroyable gamme de montres et de chronographes. En 1975, avec l'introduction des montres à quartz du Japon, il devait sembler que la technologie numérique serait la prochaine vague de l'horlogerie, et Jack Heuer n'avait pas l'intention de voir Heuer laissée derrière dans la course au numérique.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

Alors qu'aujourd'hui nous pouvons penser que les montres numériques sont moins chères que les montres à mouvement mécanique, au milieu et à la fin des années 1970, les montres électroniques de Heuer étaient positionnées comme les collections les plus chères du catalogue. Le catalogue Heuer de 1978 montre le Chronosplit au prix de 425 $ et la Manhattan plaquée or au prix de 550 $, au-dessus des prix de tous les chronographes mécaniques du catalogue (qui se situaient dans une fourchette de 250 à 375 $), à une seule exception près. Les modèles numériques n'étaient surpassés que par une seule montre, la Carrera en or 18 carats, dont le prix était de 1700 $.


Dans cet article, nous abordons les premiers chronographes et montres électroniques (que certains qualifient de montres animées au « quartz ») produits par Heuer. Nous passons en revue les montres dotées d'un affichage « numérique » (LCD ou LED), ainsi que les montres qui utilisent des aiguilles traditionnelles pour indiquer l'heure du jour.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

MOUVEMENTS

De manière générale, deux générations de mouvements ont été utilisées durant cette période : les mouvements développés par Heuer au milieu et à la fin des années 1970 et le mouvement hybride analogique/numérique ESA de la fin des années 1970 et du début des années 1980.


La première génération de montres numériques Heuer utilise une série de mouvements développés par Heuer en collaboration avec ses partenaires de la Silicon Valley, et se compose des éléments suivants :


  • Calibre 100 : Chronographe LCD/LED
  • Calibre 101 : LCD, affichage unique ; heure et date uniquement
  • Calibre 102 : Chronographe LCD/LCD
  • Calibre 103 : Chronographe LCD/LCD (Ford Split Lap Unit 77)
  • Calibre 104 : LCD GMT (Manhattan)
  • Calibre 105 : Chronographe LCD
  • Calibre 106 : Version chronographe LCD du Calibre 101
  • Calibre 107 : LCD GMT (Senator)


Le mouvement le plus innovant sur le plan technique est le Calibre 100/102 - le premier chronographe-bracelet numérique à semi-conducteurs jamais réalisé. Le Calibre est constitué de deux puces distinctes pilotées par un seul cristal de 32 kHz sur un circuit imprimé commun.


Les puces étaient initialement fabriquées par une société américaine appelée Integrated Display Systems (IDS). Heuer a développé ses propres capacités en 1977 en créant une société spécialisée dans les micropuces appelée Heuer Micro-Technik SA (HMT).


Ce qui est également évident en regardant le Calibre 102, c'est la fragilité du mouvement, notamment les fils fins exposés reliés aux deux puces. Il suffisait qu'un seul de ces fils se rompe pour que la montre perde sa fonctionnalité, ce qui explique pourquoi si peu de Chronosplits survivent aujourd'hui, du moins dans leur forme originale. Cette vulnérabilité a été partiellement corrigée sur des mouvements ultérieurs, comme le Calibre 105, qui offraient une meilleure protection aux puces.


Les changements rapides de la technologie et les économies d'échelle disponibles dans la production de puces ont fait que les mouvements numériques de Heuer sont rapidement devenus non compétitifs. La solution a été de travailler avec l'ESA 900.231, un mouvement combiné analogique/numérique utilisé par Heuer, Breitling et de nombreuses autres marques de montres suisses. ESA (Ebauches S.A) était la société mère d'ETA, avant qu'un changement de nom à la fin des années 1970 ne voit tous les mouvements du groupe ESA rebaptisés ETA (par exemple, le Valjoux 7750 devient l'ETA 7750).


Les progrès du design au cours des trois années qui ont suivi le lancement du Calibre 100 sont évidents, même si ces mouvements ESA restent fragiles par rapport aux mouvements à quartz à l'épreuve des balles d'aujourd'hui.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

HEUER CHRONOSPLIT

Le Chronosplit de Heuer semblait être tombé de l'espace lorsqu'il a été lancé à la Foire de Bâle en 1975. Le design était ultra-moderne et s'écartait radicalement de l'apparence de tous les autres modèles Heuer contemporains. Le Chronosplit est une véritable montre-outil axée sur la fonction chronographe ultra-précise.


LCD/LED


La première version du Chronosplit comportait deux écrans numériques, l'écran LCD (Liquid Crystal Display) sur le dessus et l'écran LED (Light Emitting Diode) en dessous. La raison pour laquelle le Chronosplit est doté de deux fenêtres est que la première technologie LCD ne pouvait pas évoluer assez rapidement pour afficher la précision au 1/100e de seconde exigée par le Chronosplit, ce que la LED pouvait offrir. Mais la technologie LED n'était pas assez pratique pour être utilisée pour afficher l'heure, car elle absorbe trop d'énergie. La solution idéale consistait à combiner les deux technologies : LCD pour la fonction heure et un chronographe à LED, avec sa consommation d'énergie plus élevée, qui n'était « vivant » que lorsqu'il était nécessaire.


Heuer a présenté cette première version LCD/LED du Chronosplit comme une montre de précision qui affiche en permanence l'heure du jour, en gros chiffres noirs et gras, permettant une référence instantanée, ainsi qu'un chronomètre à action fractionnée incroyablement précis. La montre peut être réglée pour maintenir une précision d'une minute par an. La montre est également étanche jusqu'à une profondeur de 100 pieds. Le Chronosplit était proposé soit avec un bracelet métallique intégré (acier inoxydable ou plaqué or), soit avec un bracelet en cuir.

Outre le modèle standard, il existait deux éditions spéciales du Chronosplit LCD/LED, la plus célèbre étant la version signée Ferrari, la seconde étant la montre fabriquée pour Tiffany & Co. En plus du modèle en acier inoxydable, le Chronosplit était également disponible dans un modèle plaqué or.

CHRONOSPLIT LCD

La technologie LCD ayant progressé, le composant LED du mouvement n'était plus nécessaire, ce qui signifie que les Chronosplits de deuxième génération sont passés à un affichage LCD/LCD en 1977. L'autre changement évident est l'ajout d'étiquettes de menu sur l'écran pour aider les propriétaires à se rappeler exactement ce que font chacun des cinq boutons.


Le Chronosplit ne porte pas la mention « Swiss Made » sur le cadran, le boîtier et le bracelet ont été fabriqués en Suisse, mais la valeur du mouvement, qui contient de nombreuses pièces provenant des États-Unis, a permis de classer la montre dans la catégorie « Assembled in Switzerland ». En effet, certains des premiers Chronosplit LCD/LED ont été assemblés aux États-Unis.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

HEUER MANHATTAN

La Manhattan (en fait la « Manhattan Chronosplit GMT », car il existe également une montre Manhattan à quartz, avec des aiguilles analogiques traditionnelles) partage la disposition à double cadran du Chronosplit, mais remplace la fonction d'heure numérique par une horloge analogique traditionnelle (avec des aiguilles pour indiquer l'heure). Le design du boîtier de la Manhattan est tout aussi audacieux que celui du Chronosplit, avec une disposition de chronographe en forme de tête de taureau (poussoirs sur le dessus du boîtier) et une couronne (utilisée pour régler les aiguilles) située sur le côté inférieur du boîtier à six côtés.


Les versions en acier inoxydable de la Manhattan Chronosplit GMT étaient dotées d'un cadran noir ou gris, tandis que les boîtiers plaqués or comportaient un cadran noir ou champagne.


Si le design était audacieux, le mouvement qui alimentait la Manhattan pouvait être considéré comme un pas en arrière par rapport aux modèles Chronosplit. Le guichet numérique est alimenté par le Calibre Heuer 104, tandis que la fonction montre analogique utilise un mouvement à quartz Citizen. Les deux mouvements ne sont nullement intégrés, chacun utilisant sa propre pile.


Les montres à « Quartz » Manhattan avaient un seul affichage, indiquant l'heure du jour avec des aiguilles analogiques traditionnelles, avec une date à 6 heures. Les cadrans de la montre à quartz Manhattan étaient soit gris soit bleus.


Comme le Chronosplit, la Manhattan Chronosplit GMT porte la mention « Assembled in Switzerland », tandis que la montre à quartz Manhattan, entièrement analogique, porte la mention « Swiss Made » sur son cadran.


La Manhattan a été abandonnée en 1982, l'année où Heuer a été vendue à Piaget/Nouvelle Lemania. En 2005, le design de la Manhattan des années 1970 a été repris par le label de mode DKNY (qui faisait alors partie de LVMH aux côtés de TAG Heuer). Le nom « DKNY » est marqué au centre du cadran, entre l'affichage numérique et l'affichage analogique.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

HEUER SENATOR

La Heuer Senator GMT a été lancée en 1979 et présente la même disposition de base que la Manhattan, avec l'affichage numérique au-dessus et l'affichage analogique (aiguilles de l'heure du jour) en dessous. Avec la Senator, le boîtier hexagonal de la Manhattan a été remplacé par un boîtier lisse en forme de losange. La Senator n'était proposée que sous forme de chronographe à double affichage, aucune montre à quartz simple n'étant proposée. Comme la Manhattan, la Senator a fait partie de la gamme Heuer jusqu'en 1982.


Notez que la Heuer Senator porte fièrement la mention « Swiss Made » sur le cadran. Il est probable que les puces du Calibre 107 de la Senator provenaient de Heuer Micro-Technik plutôt que des États-Unis, IDS ayant déposé le bilan à la fin des années 1970.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

HEUER KENTUCKY

La Heuer Kentucky a été lancée en 1977 et a été l'une des premières montres Heuer à utiliser le mouvement automatique Valjoux 7750. En plus des versions mécaniques du chronographe Kentucky, il existait plusieurs modèles à quartz, dont des modèles à écran LCD simple ou double.


Il existe deux versions des modèles LCD Kentucky, le modèle le plus courant étant la montre à écran unique, qui utilise le Calibre Heuer 105.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

HEUER ESA DIGITALS

En 1978, Heuer a lancé une deuxième vague de modèles numériques, cette fois-ci animés par le mouvement ESA 900.231. En 1978, le paysage des montres numériques avait totalement changé. Lorsque le Chronosplit a été lancé en 1975, il était vendu 450 dollars, un prix qui reflétait sa technologie avancée et son positionnement en tant que montre électronique de luxe. En 1978, des montres numériques offrant les mêmes fonctionnalités étaient disponibles pour une petite fraction du prix.


Les mouvements sur mesure de faible volume de Heuer étaient tout simplement trop coûteux pour être développés davantage et les mouvements numériques ont donc été fournis par ESA, qui a adopté la même approche que la Manhattan et la Senator en combinant une montre analogique avec un chronographe numérique et d'autres fonctions.


CARRERA


La Carrera électronique a adopté une approche plus conservatrice que les précédentes versions numériques de Heuer, ressemblant beaucoup plus à une montre « normale » que les premières versions numériques de Heuer. En fait, le boîtier en forme de C de cette Carrera suit les mêmes contours de base que le boîtier que Heuer a introduit pour la première Carrera automatique (Calibre 12) en 1969 et qui était vendu au même prix que la version automatique.


VERONA


La Heuer Verona, une série de montres habillées de niche lancée en 1978, initialement avec un mouvement automatique Calibre 12, était également disponible sous forme de modèle électronique. Alors que la Carrera était plutôt une montre de sport, la Verona avait un design élégant et raffiné.


HEUER 1000


À la fin des années 1970, Heuer a commencé à lancer une gamme complète de montres de plongée, la première collection étant la Série 1000. La Heuer 1000 a été la dernière des montres numériques Heuer, lancée en 1982. Au moment du lancement de la 1000, c'était la seule montre numérique Heuer disponible, les modèles précédents ayant été abandonnés.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER

HEUER DIGITALS RARES

FORD RS SPLIT LAP 77


Introduit en 1977, le chronographe Ford Split Lap Unit 77 a été conçu par Ford Rallye Sport (RS) (Allemagne) et fabriqué par Heuer. La montre ne portait aucun logo Heuer et était animée par le mouvement Calibre 103. Les deux disques situés au bas de la surface supérieure de la montre abritent les piles.


HEUER MEMPHIS


En 1979, Heuer a présenté la collection de montres Memphis, composée d'un chronographe numérique avec des aiguilles analogiques indiquant l'heure du jour, ainsi qu'un affichage numérique et une montre à quartz plus simple, avec des aiguilles analogiques. Ces deux modèles étaient présentés avec des cadrans gris ou noirs, mais il semble que le modèle n'ait jamais été produit à grande échelle (la mort d'Elvis Presley en 1977 ayant peut-être nui à l'attrait de la montre).


REF 16061


Introduite en 1979, la référence 16061 utilisait un seul écran LCD, dans un boîtier rectangulaire plus traditionnel. En appuyant sur le bouton, la montre affichait le jour, la date et le mois.

MONTRES NUMÉRIQUES HEUER