VINTAGE HEUER KENTUCKY

COLLECTION VINTAGE

HEUER KENTUCKY

RÉSUMÉ

La Kentucky est une collection unique parmi les chronographes Heuer vintage. Si nous pensons que les chronographes Heuer des années 1960 et 1970 sont associés aux sports automobiles, la Kentucky était liée à une utilisation populaire des chronomètres et chronographes Heuer de la fin du 19e siècle : le chronométrage des courses de chevaux. C'est ce lien qui a donné aux chronographes et aux montres Kentucky leur forme unique de fer à cheval.


La Kentucky a marqué un tournant dans l'histoire de la marque Heuer, en étant la première grande collection de chronographes à être équipée du mouvement Valjoux 7750 (plutôt que du Chronomatic (Calibre 12) automatique). La Kentucky s'est également tournée vers l'avenir, avec une gamme de modèles à quartz, certains avec des aiguilles traditionnelles et d'autres avec uniquement des écrans numériques pour leurs retards.

Si la plupart des chronographes classiques de Heuer des années 1960 et 1970 sont nés avec une forte identité de course automobile, il y a eu quelques exceptions, comme la Heuer Kentucky. Heuer s'efforçant d'accroître ses ventes sur son plus grand marché, la Kentucky est l'un des nombreux modèles portant le nom de lieux nord-américains (Daytona, Memphis, Manhattan, Pasadena, Montréal), la Camaro et Easy Rider évoquant également l'imagerie américaine. Pourtant, il était légitime pour Heuer de donner à une collection de chronographes et de montres le nom du centre des courses hippiques, car nombre des premiers chronomètres et chronographes portatifs de la marque au XIXe siècle ont été conçus et utilisés pour le « sport des rois ».


Lancé en 1977, le chronographe Kentucky a également marqué le début de la transition de Heuer de la ligne de mouvements Chronomatic (Calibre 12) aux mouvements Vajoux 7750, puisqu'il s'agit de la première grande collection de chronographes mécaniques de Heuer depuis 1969 qui n'utilise pas le mouvement Chronomatic de Heuer. La série de mouvements Valjoux 7750 a dominé l'industrie horlogère suisse, et le mouvement et ses successeurs a eu une longue histoire avec Heuer, le mouvement continuant d'être utilisé jusqu'à aujourd'hui, sous le nom de « Calibre 16 ».

DESIGN


Dans son autobiographie, Jack Heuer décrit l'origine du design de la Kentucky :

« Nous avions conçu le boîtier de la "Kentucky" sous la forme d'un fer à cheval pour que le modèle attire un autre segment de clientèle que nous visions, celui des amateurs de chevaux, et son nom a évidemment été choisi pour évoquer le Kentucky Derby annuel. Personnellement, je pense que ce boîtier est l'un des plus beaux modèles que nous ayons jamais conçus pour un chronographe. »

BOÎTIER


En examinant de près le boîtier de la Kentucky, nous constatons que ce qui semble être une forme de fer à cheval assez simple est en fait un design complexe, comme le montrent les photos de profil ci-dessous. La partie supérieure du boîtier, vers la position 12 heures, partage la même forme arrondie « douce » que la Daytona (qui a également été introduite en 1977), mais à mesure que l'on se déplace vers la base du boîtier, les courbes disparaissent pour laisser place à un coin marqué et anguleux.


L'effet global donne au boîtier la forme d'un fer à cheval en accord avec le nom, le logo Heuer étant monté sur la facette inférieure du boîtier, à côté du maillon supérieur du bracelet, plutôt que sur le cadran. Le boîtier est terminé par deux vis vers le bas du boîtier supérieur, tout cela se combinant pour donner à la Kentucky un aspect unique.

CADRAN


Il y a deux cadrans analogiques Kentucky, chacun très différent de l'autre.


Le cadran du chronographe reprend la disposition familière du mouvement Valjoux 7750, avec des compteurs à 12 heures (minutes du chronographe), 6 heures (heures du chronographe), 9 heures (trotteuse), et des guichets de date-jour à 3 heures. Il y a un seul jeu de points luminescents, placés à l'intérieur des marqueurs des heures raccourcis et une échelle tachymétrique sur le rehaut. Avec le bouclier « Heuer » placé sur le boîtier, la « Kentucky » est le seul chronographe de cette époque à ne pas avoir le nom Heuer sur le cadran. Les aiguilles principales de l'heure du jour (heures et minutes) ont une forme rectangulaire relativement fine, avec des inserts lumineux et peints, et sont assorties au style des marqueurs des heures.


Le cadran à quartz est relativement conventionnel, avec le nom « Kentucky » en haut, au-dessus du bouclier Heuer, et « QUARTZ » écrit en bas du cadran, au-dessus du guichet de la date. Les aiguilles rectangulaires étroites sont typiques de celles utilisées par Heuer à la fin des années 1970 et sont complétées par des marqueurs des heures appliqués assortis. Le cadran en quartz est doté de doubles points luminescents - un ensemble sur le bord extérieur des marqueurs des heures, puis un autre ensemble monté sur le rehaut.

LA SÉRIE HEUER KENTUCKY


La série Kentucky se compose de trois grands types de modèles : un chronographe automatique, une montre à quartz analogique (avec des aiguilles traditionnelles pour l'heure du jour) ou un chronographe à quartz numérique (avec des écrans LCD), tous les modèles partageant le même style de boîtier.


CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE


La page ci-dessous est tirée du catalogue Heuer de 1978 et montre les quatre options de la gamme de chronographes : deux modèles en acier inoxydable (cadran noir ou bleu) et deux modèles bimétalliques (or et acier) (cadran argenté ou noir).

KENTUCKY 750.703B

Ce modèle a un cadran bleu, dans un boîtier en acier inoxydable.

KENTUCKY 750.705G

Ce modèle a un cadran gris, dans un boîtier bimétallique (acier inoxydable et or).

KENTUCKY 750.705N

Ce modèle a un cadran noir, dans un boîtier en acier inoxydable, avec des détails dorés.

Kentucky 750.703N

Ce modèle a un cadran noir, dans un boîtier en acier inoxydable.

ANALOGIQUE À QUARTZ


Au moment du lancement de la Kentucky, l'impact des montres à quartz s'est fait pleinement sentir chez les marques horlogères suisses, et nombre des nouvelles montres lancées par Heuer ont proposé des variantes à quartz. Le Kentucky n'a pas fait exception, avec des modèles à quartz à affichage analogique (aiguilles traditionnelles) et numérique vendus.

KENTUCKY 361.705G

Ce modèle présente un cadran gris, avec des détails et des aiguilles dorés, et des détails dorés sur le boîtier.

KENTUCKY 361.705CH

Ce modèle présente un cadran champagne, avec des détails et des aiguilles dorés, et des détails dorés sur le boîtier.

KENTUCKY 361.705N

Ce modèle présente un cadran noir, avec des détails et des aiguilles blancs, et des détails dorés sur le boîtier.

NUMÉRIQUE À QUARTZ


Il existait deux versions du chronographe Kentucky dotées d'un affichage numérique (c'est-à-dire qu'il n'y avait pas d'aiguilles pour indiquer l'heure). Ces deux montres portent le marquage « Assemblé en Suisse », car le module du mouvement numérique était fabriqué aux États-Unis.


La référence 105.703 possédait un seul écran LCD, qui affichait l'heure du jour, et était également utilisé pour les fonctions du chronographe (chronomètre). L'utilisateur pouvait appuyer sur un bouton pour voir le jour, le mois et la date. 


La référence 102.713 - qui a été produite en quantités plus limitées - avait deux écrans LCD, l'écran supérieur affichant l'heure et les fonctions de base du chronographe et l'écran inférieur fournissant également les temps au tour (splits). HEUER KENTUCKY 102.713

HEUER KENTUCKY 105.703

MOUVEMENTS


Annoncé en 1973 avec des montres lancées l'année suivante, le Valjoux 7750 est l'une des légendes de l'horlogerie suisse. Toutes les versions mécaniques de la Kentucky utilisent le modèle Valjoux 7750, la Kentucky étant le premier chronographe Heuer à être animé par ce mouvement.  


Les montres Kentucky à affichage analogique à quartz (aiguilles des heures) utilisent le module ESA 9362, un mouvement que Heuer a également utilisé sur d'autres modèles à quartz à trois aiguilles de la même époque (Carrera, Verona, etc.).


Les deux versions de la Kentucky à affichage numérique utilisaient deux mouvements différents. La Kentucky à écran unique utilisait le Calibre 105 propre à Heuer, comme illustré ci-dessous.

LE BRACELET DE LA KENTUCKY


Le bracelet de la Kentucky est intégré au boîtier, étant du même style que celui utilisé sur les modèles Chronosplit et Manhattan. La Kentucky n'ayant pas de cornes traditionnelles, le propriétaire n'est pas en mesure de substituer un bracelet en cuir.  


Il était difficile pour Heuer de produire le bracelet intégré pour la Kentucky. Jack Heuer raconte cette histoire dans son livre :


« En 1977, notre production a été gravement perturbée par la faillite inattendue de deux de nos principaux fournisseurs... l'autre fournisseur qui a soudainement fait faillite était La Centrale, un fabricant de boîtiers établi de longue date à Bienne. Depuis des années, ils faisaient partie de nos fournisseurs réguliers et nous venions de leur confier la production des boîtiers de notre nouveau chronographe "Kentucky"... Le tribunal des faillites nous a autorisés à récupérer tous les boîtiers "Kentucky" semi-finis et je n'oublierai jamais comment l'un de mes directeurs et moi-même sommes entrés dans l'usine lugubre et condamnée de La Centrale pour récupérer les boîtiers. C'était une visite d'usine effrayante et très démoralisante. Nous avons ensuite apporté ces boîtiers à moitié terminés à un autre de nos fabricants de boîtiers et l'avons supplié de les terminer. Bien sûr, ils n'étaient pas heureux de faire cela, mais nous avons insisté et ils ont fini par accepter.


Lorsque nous avons finalement reçu les boîtiers finis, nous avons découvert un défaut qui faisait que le bracelet intégré se détachait facilement du boîtier et nous avons dû retourner un certain nombre de boîtiers. Nous n'avons donc fabriqué qu'un nombre limité de versions chronographes "Kentucky" et elles sont aujourd'hui très recherchées par les collectionneurs. Mais nous avons également utilisé le même boîtier pour loger un simple mouvement numérique à quartz afin de pouvoir proposer une montre à quartz moins chère dans notre gamme. »