STEVE MCQUEEN LE REBELLE

UN PARCOURS EXCEPTIONNEL

« La course, c'est la vie. Tout ce qui se passe avant ou après, ce n'est que de l'attente. »

Avant Steve McQueen, l'univers des films hollywoodiens brillait surtout par son manichéisme. Si les films étaient en couleur, l'échelle des valeurs était restée en noir et blanc : les bons d'un côté, les méchants de l'autre, et entre les deux, le néant.

Tout a changé avec l'arrivée de Steve McQueen, le « King of Cool » : yeux bleus, roublard impénitent et incarnation parfaite de la « cool attitude ». Beaucoup d'acteurs ont tenté d'imiter son dédain assumé de l'autorité et son style macho à la fois inflexible et décontracté. Sans jamais lui arriver à la cheville.

… COMME CELUI DE TAG HEUER

L'héritage de Steve McQueen est intemporel. Plus qu'un acteur, plus qu'un pilote, il est devenu une légende. Comme TAG Heuer, il se définit au-delà des standards et ne craque jamais sous la pression.
Né d'une mère qui ne pouvait pas s'occuper de lui, le jeune Steve McQueen s'installe dans la ferme de son oncle dans le Missouri. Ce dernier lui offre un vélo rouge tout neuf qui réveille un amour pour la vitesse et une passion pour la course qui allaient entraîner son imagination pour le reste de sa vie. La fin de son enfance semble sortie tout droit d'un roman de Charles Dickens...

Pendant la Grande Dépression, il est balloté d'un foyer à l'autre. Il intègre un gang à l'âge de 12 ans et vit dans la rue à 14. Il rejoint un cirque, est renvoyé dans un établissement correctionnel pour mineurs puis enrôlé chez les Marines. Finalement, il découvre le métier d'acteur et Hollywood le découvre. Pendant vingt ans, il règne sur le box office, même quand il lui tourne le dos pour retourner à son premier amour : la course. D'abord les motos : à sa mort en 1980, il possédait plus d'une centaine de modèles vintage. Puis les voitures. Il arrive deuxième aux 12 Heures de Sebring en 1970 au volant d'une Porsche 908/02 avec un plâtre au pied gauche, cadeau d'un accident de moto deux semaines auparavant. La même année, il pilote une autre Porsche dans le film Le Mans, cette fois avec un blason Heuer sur sa combinaison et une Monaco carrée au poignet. La montre au cadran bleu et l'homme aux yeux azur sont liés depuis lors. Car à l'instar de TAG Heuer, Steve McQueen était un pionnier qui refusait de se laisser enfermer dans un carcan trop rigide, un rebelle qui écoutait son instinct et qui ne craquait jamais sous la pression.

LIRE LA SUITE

AMBASSADEURS

Depuis plus de 150 ans, TAG Heuer relève avec succès tous les défis. En remettant en question les conventions mécaniques ancestrales, la Marque a porté l'horlogerie suisse vers des niveaux de précision et de performance inédits. TAG Heuer définit ses propres règles, choisit sa propre route, ne cesse jamais d'aller de l'avant, ne cède jamais aux compromis et ne craque jamais sous la pression, tout comme ses ambassadeurs.