COLLECTION VINTAGE

TAG HEUER S/EL

RÉSUMÉ

L'expérience de Heuer dans le domaine des montres de plongée a commencé en 1978, avec les montres relativement simples de la Série 1000. Ce sont les montres de plongée qui ont permis à Heuer de survivre à des conditions industrielles et économiques mondiales difficiles. La pérennité de la société a été assurée lorsque Techniques d'Avant Garde a racheté Heuer le 1er janvier 1986. Elle a apporté le capital et le leadership qui ont permis à TAG Heuer de réussir pendant le reste du 20e siècle et d'entrer de plain-pied dans le 21e siècle.


Première collection développée et proposée par TAG Heuer, la S/el a été positionnée comme le fleuron du catalogue TAG Heuer, démontrant ainsi que les montres de plongée de la société n'ont pas seulement permis à l'entreprise de survivre, mais qu'elles ont évolué pour devenir des montres qui représentent désormais le meilleur du « sport » et de « l'élégance ».


Au fil des ans, la collection S/el a offert une large gamme de montres et de chronographes, avec une variété de tailles et de styles. Si le bracelet lui-même est considéré comme une icône du design dans l'histoire de la marque TAG Heuer, les montres et chronographes offrent une grande variété de fonctionnalités, des simples montres à trois aiguilles aux modèles analogiques/numériques les plus complexes, capables de chronométrer au 1/100e de seconde. Plus que de représenter l'évolution de la montre de plongée et la survie de l'entreprise, la collection S/el est bientôt devenue la « Link », une collection qui continue d'être une partie essentielle du catalogue TAG Heuer, à ce jour.

En 1982, Jack Heuer, la quatrième génération à la tête de l'entreprise familiale âgée de 120 ans, a vendu la société à un consortium comprenant Nouvelle Lemania, mais leur propriété peut être considérée comme transitoire. Le 1er janvier 1986, Techniques d'Avant Garde (« TAG ») a racheté Heuer, et c'est ainsi que sont nés le nom et le logo TAG Heuer, qui existent encore aujourd'hui. TAG Heuer a sorti la collection « Formula 1 » en mars 1986, mais la collection S/el (Sports / élégance) - sortie en 1987 - représente la première collection développée et présentée sous la bannière TAG Heuer. 


La collection S/el a connu un grand succès pour TAG Heuer tout au long des années 1990, avant d'être rebaptisée sous le nom de collection « Link » en 1999. En conséquence, la S/el est la première collection lancée par TAG Heuer qui reste dans le catalogue à ce jour.

LES ORIGINES DE LA S/EL

Le nom « S/el » dérive de « Sports Élégance » et a été trouvé par le même homme qui avait déjà dessiné la Série 2000 pour Heuer, Eddie Schopfer.

Cette collection a été l'une des premières séries de montres à être conçues en intégrant explicitement les « Six Features » (Six caractéristiques) qui ont défini les montres de plongée TAG Heuer dans les années 1990 :


  1. Étanchéité jusqu'à 200 mètres
  2. Couronne vissée
  3. Fermoir à double sécurité sur le bracelet
  4. Lunette tournante unidirectionnelle
  5. Verre saphir
  6. Marquages lumineux sur le cadran, les aiguilles et la lunette

L'incorporation de ces « Six Features » a donné à TAG Heuer un look distinctif pour ses montres, les mêmes caractéristiques étant incorporées dans la collection de la Série 4000, lancée en 1990. 


La stratégie de TAG Heuer avec la nouvelle collection S/el était de faire monter en gamme la gamme des montres de plongée, la collection étant positionnée au-dessus des modèles phares de TAG Heuer de l'époque - les montres de plongée des Séries 1000 et 2000 et la collection Formula 1 colorée. L'idée à l'origine de la collection S/el était qu'elle était « conçue pour être portée aussi bien avec une combinaison de plongée qu'avec un smoking ». Jusqu'à l'arrivée de la Série 6000 au milieu des années 1990, la S/el était le fleuron de la gamme TAG Heuer.

DESIGN

Si de nombreux éléments des premiers modèles S/el reprenaient le style des montres de plongée précédentes, la collection S/el présentait une caractéristique déterminante et immédiatement reconnaissable : le bracelet. En effet, la montre pouvait être identifiée par un seul maillon de son bracelet. Chaque maillon était composé de deux lingots incurvés, ce qui rendait également le bracelet exceptionnellement confortable.


En un sens, le boîtier de la S/el a été spécifiquement conçu pour s'adapter au bracelet, les maillons eux-mêmes servant d'extrémités, et les boîtiers des premiers modèles n'acceptaient pas un bracelet en cuir traditionnel. La S/el était une pièce unique de design intégré, le boîtier et le bracelet de la montre fonctionnant parfaitement ensemble.


Le reste de la montre S/el conservait cette apparence douce et organique, qui contrastait avec les bords plus carrés de la gamme TAG Heuer de l'époque. La lunette avait une finition en dents de scie, tandis que le boîtier et le bracelet étaient disponibles dans une gamme de finitions, la combinaison or plaqué/acier inoxydable étant la signature de l'époque.


Le cadran et les aiguilles étaient relativement conventionnels, utilisant les aiguilles « Mercedes » proposées dans le reste de la gamme TAG Heuer.

GAMME TAG HEUER S/EL

La S/el a fait partie de la gamme TAG Heuer de 1987 à 1999 et, pendant cette période de douze ans, il y a eu sept grandes lignes de modèles :

  • Montre à quartz S/el,
  • Chronographe à quartz S/el
  • Chronographe numérique S/el
  • Montre automatique S/el
  • Chronomètre automatique S/el
  • Chronographe automatique S/el
  • Série S/el Cuir.

MONTRE À QUARTZ S/EL

La S/el a été lancée comme une gamme exclusivement à quartz, avec la montre à trois aiguilles comme élément central. Conformément à l'approche de TAG Heuer à l'époque, trois tailles étaient proposées - hommes, moyennes et dames - et plusieurs options de cadran, y compris une option à chiffres romains. Il y avait des boîtiers en acier inoxydable, des modèles bimétalliques en acier inoxydable et plaqué or et de rares modèles plaqués noir et or. Un bracelet en cuir était disponible pour la S/el avec un maillon spécial à l'extrémité, pour s'encliqueter dans le boîtier de forme unique.  


Conformément à sa position de montre « premium » dans le catalogue TAG Heuer, la S/el a été la première montre TAG Heuer à faire un usage intensif de finitions contrastées. Par exemple, la montre à cadran blanc possède un boîtier en acier sablé avec une lunette polie et des maillons contrastés polis et mats.


Les premiers cadrans portaient la mention « 200 meters », et vers 1990, les cadrans ont été légèrement mis à jour, ajoutant la mention « Professional » sur le cadran. Il est intéressant de noter que le nom de la collection « S/el » n'apparaît jamais sur le cadran d'aucune des montres, les bracelets uniques servant à identifier les montres de la collection. 


La gamme de montres à quartz a été mise à jour en 1995/6 avec le cadran à deux niveaux utilisé sur la gamme automatique, comme indiqué ci-dessous.


En effet, il s'agit de l'une des rares modifications apportées à la montre S/el au cours de son existence, la montre à trois aiguilles faisant toujours partie de la gamme S/el jusqu'en 1999.

CHRONOGRAPHE À QUARTZ S/EL

Le chronographe à quartz a été ajouté à la gamme S/el en 1990 et offrait une précision au 1/10e de seconde (avec l'enregistreur à la position 2 heures). La disposition était dictée par le mouvement ETA 251.262, qui présentait ce placement « 2-6-10 », les deux registres supérieurs étant situés plus haut que d'habitude, au-dessus de la ligne médiane du cadran. Le rehaut intérieur est doté d'une échelle tachymétrique, ce qui confère aux modèles chronographes une plus grande profondeur visuelle que les variantes à trois aiguilles.


Tous les modèles de chronographe portent la mention « Professional » sur le cadran et un marqueur à « double baguette » à 12 heures.


Le chronographe à quartz a été mis à jour en 1997, avec des anneaux métalliques placés autour de chaque sous-cadran et un triangle remplaçant les doubles baguettes à 12 heures. Ces chronographes à quartz S/el de deuxième génération ont tendance à être rares, car ils n'ont été produits que pendant une brève période.

CHRONOGRAPHE NUMÉRIQUE À QUARTZ S/EL

Dans les années 1970 et 1980, Heuer avait produit de nombreux chronographes qui offraient à la fois des fonctions numériques et analogiques. En 1990, TAG Heuer a étendu cette approche à la S/el, en ajoutant deux petits guichets numériques à 4 et 8 heures. Le chronographe numérique à quartz S/el offrait une précision au 1/100e de seconde et ce modèle était la montre préférée du champion de Formule 1 Ayrton Senna, qui portait un modèle bimétallique avec un cadran de couleur coquille d'œuf (référence S. 25706C).


Le cadran de ces modèles était unique, avec une échelle de 1/100 ajoutée au cadran, se lisant avec une aiguille ajoutée au pignon central. Le chronographe numérique a été abandonné vers 1998.

MONTRE AUTOMATIQUE S/EL

Une montre automatique a été ajoutée à la gamme S/el en 1991, année où TAG Heuer a commencé à réintroduire des options mécaniques dans sa gamme. TAG Heuer a également introduit un nouveau design pour le cadran - un cadran estampé avec un design à deux niveaux. Ce système n'était initialement proposé que sur la gamme automatique, mais a été étendu aux modèles à quartz au fil du temps.La gamme automatique a été progressivement abandonnée vers 1995, remplacée par les modèles S/el cuir.

CHRONOMÈTRE S/EL

Parallèlement au lancement de la montre automatique, TAG Heuer a également proposé une version Chronomètre de la S/el, avec le même cadran estampillé à deux niveaux proposé en option. Les chronomètres, numérotés individuellement et estampillés sur le fond du boîtier, représentaient les modèles les plus performants de la collection S/el.


Le look a été affiné en 1997, lorsque la deuxième génération du Chronomètre S/el a été lancée. Toutes les couleurs de cadran ont été munies du cadran à deux niveaux, d'un logo TAG Heuer monochrome appliqué, de chiffres à 6 et 9 heures et d'un entourage blanc sur le guichet de la date. De nouvelles couleurs de cadran ont également été ajoutées, notamment un bleu foncé (référence WG 5114) et un noir (WG 5211).


Le chronomètre S/el a fait partie de la collection S/el depuis son lancement en 1991 jusqu'au moment où la S/el est devenue la collection « Link » en 1999.

S/EL CUIR

La caractéristique principale de la collection S/el était le style unique du bracelet utilisé sur les montres, et le boîtier en soi était façonné pour s'adapter à ce bracelet. Pour ceux qui préféraient un bracelet en cuir, TAG Heuer proposait un bracelet spécialement conçu qui comportait des maillons à l'extrémité, pour s'adapter au boîtier unique de la S/el.


En 1994/5, TAG Heuer a lancé la gamme S/el cuir. La forme du boîtier a été modifiée pour inclure des cornes plus traditionnelles, afin que la montre puisse accepter un bracelet en cuir standard. La gamme S/el cuir était disponible avec des mouvements mécaniques et à quartz, et TAG Heuer proposait des bracelets pour ces montres dans une large gamme de couleurs vives.


En effet, les modèles S/el cuir ont remplacé les montres automatiques S/el standard. La S/el cuir a été produite jusqu'en 1998, date à laquelle les bracelets en cuir sont revenus au style à un seul maillon des premières S/el.

CHRONOGRAPHE AUTOMATIQUE S/EL

Le renouveau mécanique de TAG Heuer s'est poursuivi en 1996 avec l'introduction d'un modèle automatique du chronographe S/el. La plupart de ces modèles ont un cadran en deux parties avec une finition azurée à la fois au centre du cadran et à l'intérieur des trois registres. Comme le Chronomètre de deuxième génération, ces montres portent un logo TAG Heuer appliqué.

MOUVEMENTS

Si divers mouvements ont été utilisés sur l'ensemble de la gamme, notamment sur les petits modèles féminins, les principaux mouvements utilisés sur la gamme masculine sont les suivants :


Quartz

– Montre : ETA 955.112

– Chronographe : ETA 251.262

– Chronographe analogique/numérique : ETA 251.265


Mécanique

– Chronomètre automatique : ETA 2892 (aujourd'hui appelé Calibre 7)

– Chronographe automatique : ETA 7750 (aujourd'hui appelé Calibre 16)

ÉDITIONS SPÉCIALES S/EL

En tant que modèle phare du catalogue TAG Heuer de la fin des années 1980 aux années 1990, il est naturel que la collection S/el ait été privilégiée pour les éditions spéciales, pour les équipes impliquées dans la Formule 1 et d'autres sports automobiles, ainsi que pour les courses de yachts. 


Une édition spéciale du chronographe S/el réalisée pour West McLaren Mercedes utilisait un mouvement automatique et présentait des registres noirs contrastant avec le cadran blanc. Une échelle tachymétrique sur la lunette intérieure noire est marquée en chiffres rouges et blancs.

En 1998, TAG Heuer a produit une autre édition spéciale pour McLaren, un chronographe à quartz (référence CG1117). Il existe deux versions de cette montre : une avec la signature de Ron Dennis, Mika Hakkinen et David Coulthard sur le fond du boîtier, et une seconde qui ajoute la signature du chef de Mercedes Motorsport, Norbert Haugh.

Une autre édition spéciale de la S/el a été l'édition Jo Siffert, produite en 1996 pour marquer le 25e anniversaire de la mort du héros suisse de la Formule 1. C'est Jo Siffert qui a placé pour la première fois le logo Heuer sur sa voiture, à la fin des années 1960, et il est étroitement identifié avec le blason Heuer sur sa combinaison de course et une version à cadran blanc du chronographe automatique Autavia à son poignet. Le chronographe était doté d'un cadran foncé, avec l'autographe de Siffert imprimé en rouge sur le cadran, et d'une échelle tachymétrique sur la lunette intérieure. L'édition spéciale Jo Siffert utilisait un mouvement automatique et était limitée à 200 exemplaires.


Le texte « Série limitée en mémoire de Jo Siffert » est gravé au dos de la montre.

S'éloignant du sport automobile, une édition limitée de la S/el (référence WI1111) a été fabriquée pour le défi de l'America's Cup de Chris Dickson en 1996, à 500 exemplaires.