HEUER MONZA

Mars 1969 a marqué quelques « premières » importantes pour la marque Heuer. Le 3 mars 1969, lors de conférences de presse tenues à Genève et à New York, Heuer a présenté les premiers chronographes automatiques du monde, les modèles Autavia, Carrera et Monaco avec le nom « Chronomatic » imprimé sur les cadrans. Dans le cadre de la campagne de marketing pour ces nouveaux chronographes, Jack Heuer a introduit une autre innovation pour l'industrie horlogère suisse. Lors du Grand Prix d'Afrique du Sud, qui s'est tenu le dimanche 1er mars 1969, la Lotus 49 pilotée par le coureur suisse Jo Siffert a arboré le logo Heuer, première apparition d'un autocollant d'une marque non automobile sur une voiture de Formule 1.


Siffert a terminé 9ème du championnat en 1969, mais n'a marqué aucun point lors de la saison 1970, en pilotant pour l'équipe March. Il a semblé que Jack Heuer était satisfait du concept de parrainage d'un coureur de Formule 1, mais en 1971, il a décidé que Heuer devait monter en gamme dans son effort de parrainage, ce qui correspondait à la volonté de Ferrari de trouver un partenaire pour ses besoins en matière de chronométrage professionnel.


Le partenariat entre Heuer et Ferrari a été beaucoup plus profond que le simple fait de placer l'autocollant Heuer sur le côté d'une voiture ou sur l'uniforme d'un pilote. Heuer a mis au point le « Centigraphe », un chronomètre électronique qui pouvait enregistrer les temps de plusieurs voitures avec une grande précision, mais le système de chronométrage était coûteux, Heuer l'offrant à Ferrari pour 35 000 CHF. Le Centigraphe a été au cœur de l'échange à multiples facettes entre Ferrari et Heuer : Heuer a fourni à l'équipe Ferrari le système Centigraphe, a versé à chaque pilote un cachet de 25 000 CHF pour la saison et a offert à chaque pilote un chronographe Carrera en or 18 carats. En échange, chacune des voitures de Formule 1 de Ferrari devait porter le logo Heuer et chaque pilote devait porter l'écusson rouge distinctif sur sa combinaison de course.


Ferrari avait connu son dernier championnat des constructeurs en 1964, et les saisons 1971 à 1974 ont vu Ferrari terminer entre la deuxième et la sixième place, chaque championnat des constructeurs revenant à une équipe (Lotus, McLaren et Tyrrell) utilisant le moteur Ford Cosworth.


La saison 1975 a marqué le retour à la gloire de l'équipe de Formule 1 Ferrari. L'Autrichien Niki Lauda a rejoint l'équipe pour la saison 1974, remportant deux courses, et lors de la troisième course de la saison 1975, l'équipe Ferrari a sorti sa nouvelle voiture 312T. Conçue par Mauro Forghieri, la 312T a dominé la Formule 1, Lauda remportant cinq des dix dernières courses et Regazzoni ajoutant une victoire et deux troisièmes places sur cette période. Ferrari a remporté le championnat des constructeurs avec une large marge, devant les équipes Brabham et McLaren, et Niki Lauda a remporté le championnat des pilotes lors de l'avant-dernière course de la saison, avec sa troisième place au Grand Prix d'Italie, à Monza.


Pour Heuer, la victoire de Ferrari dans les championnats des pilotes et des constructeurs représentait plus que le succès d'un parrainage financier. Heuer a fait partie intégrante de l'équipe, ayant développé le matériel de chronométrage qui a donné un avantage à l'équipe Ferrari, sur la piste d'essai et dans les courses. Heuer a célébré ce partenariat d'une manière particulière, en créant un chronographe entièrement nouveau, le Monza. Ferrari et Lauda ont remporté leur championnat de Formule 1 à l'automne 1975, et la nouvelle Heuer Monza a été présentée en 1976.

TAG HEUER MONZA

DESIGN DE LA MONZA

Avec le nouveau chronographe Monza, Heuer a proposé un modèle qui captait l'une des tendances populaires des chronographes au milieu des années 1970 - les boîtiers à revêtement noir qui combinaient le style des instruments du tableau de bord d'une voiture de course avec le style tactique des équipements militaires. Le boîtier de la nouvelle Monza reprenait la géométrie des premières Carreras automatiques, présentées en 1969, mais le nouveau boîtier utilisait un revêtement noir-chromé sur un boîtier en métal de base. Conformément à l'aspect utilitaire de l'époque, la Monza utilisait un cadran noir mat avec des registres noirs, un changement radical par rapport aux cadrans argentés et gris-bleu métalliques des Carreras précédentes, avec leurs registres contrastés.


Sur toutes les versions de la Monza, les heures sont indiquées par des marqueurs lumineux, le compteur des minutes du chronographe comporte des bandes rouges « de course » pour marquer les incréments de cinq minutes, et la lunette intérieure noire est marquée à la fois d'une échelle tachymétrique (60 à 220 unités par heure) et d'une échelle de pulsations (60 à 200 battements par minute, sur la base d'un compte de 15 pulsations). Les aiguilles sont peintes en blanc brillant, avec du noir vers le pignon central.

TAG HEUER MONZA

Les premiers chronographes Monza étaient animés par le mouvement Calibre 15 de Heuer - la version économique du Calibre 12. Le mouvement Calibre 15 comportait des secondes courantes à 10 heures et un enregistreur de chronographe de 30 minutes à 3 heures, l'enregistreur d'heures ayant été supprimé. La Monza est l'une des rares Heuers des années 1970 à avoir le nom de son modèle gravé sur le fond du boîtier.


Utilisant un boîtier en métal de base au lieu de l'acier inoxydable et le mouvement Calibre 15 au lieu du Calibre 12, la Monza était positionnée comme un modèle « économique », et le catalogue Heuer de 1977 la liste avec un prix de 219 $, par rapport aux modèles Carrera, Jarama et Cortina, qui étaient dans la gamme de 345 $ à 365 $.

TAG HEUER MONZA
LA GAMME HEUER MONZA

CALIBRE 15 MODÈLES MONZA -- 150.501 ET 150.511

Les deux premiers modèles de la Monza sont tous deux équipés du mouvement Calibre 15, le modèle le plus courant utilisant un boîtier à revêtement noir (150.501), Heuer proposant également un modèle (150.511) avec un boîtier à revêtement chromé. Tous les autres éléments des deux modèles sont identiques, les deux modèles utilisant un boîtier en laiton.

CALIBRE 12 MONZA – RÉFÉRENCE 110.501

Le catalogue de 1978 montre qu'avec la popularité initiale des modèles « économiques » Calibre 15, Heuer a introduit des modèles qui utilisaient le mouvement Calibre 12, ceux-ci étant également disponibles dans des boîtiers à revêtement noir ou chromé. Sur ces modèles à Calibre 12, l'enregistreur des 12 heures du chronographe à 9 heures remplace l'aiguille des secondes courantes.

TAG HEUER MONZA

LA MONZA SANS NOM

Le catalogue 1981 de Heuer comprend deux versions de la Monza à Calibre 12 - une dans un boîtier noir et une dans un boîtier chromé - avec une différence significative par rapport aux modèles précédents. Le nom « Monza » a été supprimé du cadran, toutes les autres caractéristiques du nouveau modèle étant identiques aux modèles précédents, à l'exception du cadran du nouveau modèle qui ajoute de minuscules marques de hachage rouges à l'intérieur des index luminescents.

TAG HEUER MONZA

HEUER MODENA

Le catalogue Heuer de 1977 pour l'Allemagne montre un modèle qui semble être identique à la Monza à tous égards, sauf que le nom « Monza » est remplacé par le nom « Modena ». Le modèle Modena était relativement rare, n'étant proposé que sur certains marchés européens. Quelle que soit la raison pour laquelle Heuer a utilisé le nom Modena, il évoque le romantisme des voitures de sport italiennes des années 1970, les usines de Ferrari, Lamborghini et Maserati étant situées près de la ville de Modena.

RACING MATE MONZA

Heuer a produit une version de la Monza à Calibre 15 à revêtement noir avec le logo « Racing Mate » imprimé en bas du cadran. Racing Mate était une société japonaise d'accessoires de course, qui a sponsorisé des équipes de course japonaises dans les années 1970.

TAG HEUER MONZA

RÉSUMÉ

La collection Monza a été lancée en 1976, pour célébrer l'exploit historique de Ferrari, qui a remporté les championnats de Formule 1 des constructeurs et des pilotes, pour la première fois depuis 1964. La Monza a marqué la première utilisation par Heuer d'un boîtier à revêtement noir. En plus de s'avérer être un modèle populaire proposé dans diverses configurations, la Monza a ouvert la voie à Heuer pour introduire d'autres modèles à revêtement noir à la fin des années 1970 et au début des années 1980, notamment les modèles Carrera, Montréal et Monaco. Avec son boîtier revêtu de noir et l'utilisation de peinture noire, rouge et lumineuse sur le cadran, la Monza capturait l'esprit de course du circuit légendaire qui a donné son nom au modèle et où Heuer a célébré son partenariat triomphant avec l'équipe de course Ferrari.