OK
 
By TAG Heuer, TAG HEUER TEAM —  18 Mar 2015

LA MONACO V4 PHANTOM

Totalement noire. Totalement mate. Racée. Sans compromis. Quasiment furtive. Réalisée tout en fibre de carbone, sa boite est dotée de la célèbre transmission à micro-courroies dentées microscopiques (de la taille d’un cheveu, jusqu’à seulement 0,07 mm de large) avec sa masse linéaire qui se déplace sur un rail et ses roulements à billes : c’est la Monaco V4 Phantom.

La nouvelle fonctionnalité de la version 2015 est à rechercher du côté du boîtier et des 7 ponts du mouvement, qui sont réalisés en CMC (Composite à Matrice de Carbone). Une technique spéciale a été utilisée pour les créer en « carbone dirigé » : dans le moule, les fibres de carbone sont placées dans une certaine direction avant d'être micro-sablées, ce qui leur confère cet aspect « satiné vertical noir mat » régulier d'une élégance prononcée. Le cadran est composé dans les tons noir et gris foncé. Ainsi, les aiguilles, en finition satinée, sont facettées et recouvertes d'un revêtement en carbure de titane et SuperLuminova gris anthracite. Seuls les rubis (48 pierres au total dans le mouvement) révèlent de discrètes petites touches de rouge.

Mouvement mécanique de conception avant-gardiste, performances techniques améliorées par l'utilisation de fibre de carbone, développement placé sous l'aune de l'expertise horlogère, production et assemblage à la main dans la Manufacture TAG Heuer suisse de La Chaux-de-Fonds : ultra-légère et particulièrement résistante aux chocs, la Monaco V4 Phantom est présentée dans une version éminemment moderne d'une grande élégance. Les montres à grande complication présentent rarement un design aussi affûté.

La première Monaco V4 est sortie en 2004, voilà onze ans. La mention V4 fait allusion à la platine en V sur laquelle sont montés les quatre barillets associés deux par deux sur des roulements à billes. Inclinés à +/-13 °, ils rappellent les cylindres d'un moteur de Formule 1. Avec sa transmission à courroies et sa masse linéaire qui se déplace sur un chemin de fer rectiligne (breveté) plutôt que selon le mouvement de rotation privilégié par la tradition, la Monaco V4 met sans dessus dessous les principes les plus fondamentaux de la mécanique horlogère. Dotée du boîtier carré de la Monaco portée en 1971 par Steve McQueen dans le film Le Mans, la première Monaco V4 s'est vu attribuer le prix de la Montre de l'année par le magazine Wallpaper et le prix Best of What's New du magazine Popular Science, et a reçu en Allemagne le prestigieux reddot design award.