ALEC MONOPOLY

Esprit rebelle, Art Provocateur

UN PEU D'HISTOIREUN PEU D'HISTOIRE

Star mondiale du street-art, Alec Monopoly est toujours en avance sur son temps

Héros de notre enfance, icônes de la culture populaire... Tout le monde connaît les personnages mis en scène par Alec Monopoly. Mais son propre visage est toujours caché derrière un masque et un chapeau. Un goût pour l'anonymat qui lui vient directement de la rue. Tout comme son art. À New York, l'artiste graffeur risquait de finir en prison à cause de son activité.

En 2008, la chance a tourné en sa faveur. Il a commencé à tourner en dérision le monde de la finance avec Monopoly Man, la mascotte du célèbre jeu de plateau. Sa carrière a décollé. Sa vie a changé : il a déménagé en Californie et a vendu des œuvres à Adrien Brody et à Robert De Niro. Picsou, Richie Rich... Ses personnages sont devenus des symboles de prospérité. Il reste attaché à la rue mais lorgne désormais également du côté de nouveaux moyens d'expression. Les évènements, le marketing, les produits constituent de nouveaux défis pour lui. Sa personnalité avant-gardiste doit rester hermétique à la pression s'il veut continuer à innover.

ALEC MONOPOLY

MEILLEURS CLICHÉSmobile_title_border

C’est à l’occasion de la grande semaine de l’Art Contemporain à Miami que Jean-Claude Biver, PDG de TAG Heuer et Président de LVMH Horlogerie, a annoncé la nomination de l’artiste américain ultra-branché Alec Monopoly en qualité d'Art Provocateur de la marque horlogère d'avant-garde.

VIVRE L'EXPÉRIENCEmobile_title_border

ALEC MONOPOLY

VOUS AIMEREZ ÉGALEMENTmobile_title_border

ALEC MONOPOLY

Flux d'actualitésmobile title border