Le tourbillon est le mécanisme le plus complexe et le plus emblématique de la haute horlogerie. Cette ingénieuse complication, conçue pour réguler la vitesse de marche des montres, permet de contrebalancer les effets de la pesanteur en plaçant la roue de balancier et l’échappement à l’intérieur d’une cage rotative. Ce système, révolutionnaire lors de son invention en 1801, est devenu obsolète avec le développement de techniques de précision modernes, dont beaucoup sont nées dans les ateliers de TAG Heuer. Pourtant, le tourbillon reste une complication de « fantaisie » présente sur de nombreuses montres de luxe, car son esthétique complexité, le plus souvent visible à travers un guichet sur le cadran, attire à coup sûr le regard et témoigne d’une véritable virtuosité horlogère.

Mais ce mécanisme d’une magnifique complexité est lent, imprécis et superflu : c’est pour cette raison que TAG Heuer, qui s’est toujours distingué parmi les maisons suisses par sa recherche de l’exactitude et son obsession de la performance, n’avait jamais fabriqué de montre à tourbillon. Jusqu’à ce que les équipes R&D de TAG Heuer, dans leur recherche de la précision absolue des chronographes, relèvent le défi et réinventent le tourbillon. Il n’est plus seulement agréable à regarder, mais, comme toutes les créations de TAG Heuer, il est devenu incroyablement rapide, précis et innovant. Le résultat est une merveille technique qui brise tous les records de vitesse et d’exactitude et a permis la fabrication du tout premier chronographe doublement fiable.