Savoir-faire

Recherche et développement

Les professionnels du secteur déconseillent régulièrement au département R&D de TAG Heuer de réinventer la roue, au motif que ce qu'ils souhaitent faire serait impossible à réaliser. Mais les équipes de R&D de TAG Heuer n'en font toujours qu'à leur tête. Ces experts n'ont de cesse de remettre en question des principes d'horlogerie bien établis, une manie qui est la source de nombre des innovations majeures qui jalonnent l'histoire de la marque.

Au firmament de l'avant-garde suisse depuis 150 ans, TAG Heuer a fréquemment « réinventé la roue ». L'un des premiers brevets de la marque fut accordé à Edouard Heuer en 1887 pour le pignon oscillant - un jalon majeur de l'horlogerie moderne qui est encore aujourd'hui un élément vital de la plupart des chronographes mécaniques.

La politique du département R&D de TAG Heuer est de progressivement réinventer les principes de base les plus fermement établis de l'horlogerie, énergie, transmission et régulation, en restant ancré dans cet immense héritage et en portant ces principes vers le prochain millénaire.

Ainsi, le Concept Watch 2010, le Pendulum TAG Heuer, qui présente le premier oscillateur de mouvement mécanique dépourvu de spiral. Depuis 1675, toutes les montres mécaniques avaient pour organe réglant un système de balancier et de spiral. Le Concept Pendulum TAG Heuer voit le spiral traditionnel remplacé par un ressort « invisible », ou virtuel, reprenant le principe des aimants.

En combinant le talent et le savoir-faire à la fois des designers et des ingénieurs production et qualité de la manufacture TAG Heuer avec d'autres spécialistes de l'horlogerie, de l'automobile et de l'industrie médicale, TAG Heuer parvient toujours à sortir des sentiers battus. Pour concrétiser une nouvelle idée, il faut souvent des années d'efforts et de concentration.

Ce fut le cas pour la sensationnelle TAG Heuer Monaco V4, qui a nécessité 5 années acharnées de conception, de simulation et d'assemblage. Pour y parvenir, les ingénieurs TAG Heuer ont remplacé les pignons et roues traditionnels par une transmission mécanique par courroies en tous points novatrice. Commercialisée fin 2009, la Monaco V4 fut lancée dans une édition limitée de 150 exemplaires de « Haute Horlogerie ».