JEAN-MICHEL BASQUIAT L'ENFANT TERRIBLE

UN PARCOURS EXCEPTIONNEL

« Dès mes débuts, j'ai visé haut. Je me fichais de ce que les gens pensaient. Je voulais que mes œuvres parlent pour moi et fassent taire les critiques. »

Avant Jean-Michel Basquiat, la frontière entre l'art de rue et l'art « véritable » était infranchissable. Le graffiti était un délit, une forme de vandalisme.

Depuis, il a trouvé sa place dans les galeries d'art et est devenu le chouchou de l'art contemporain. L'ascension spectaculaire de Basquiat jusqu'au sommet ne l'a jamais atteint. Il n'a jamais craqué sous la pression du marché artistique ni abandonné sa passion pour la peinture. Pour lui, l'art a toujours été tout.

… COMME CELUI DE TAG HEUER

Tout comme Basquiat défiait l'esthétique conventionnelle en faisant entrer le graffiti dans les galeries d'art, TAG Heuer a bouleversé l'esthétique horlogère.
L'artiste n'a jamais accepté les carcans et les limites que les autres voulaient lui imposer, même si pour cela il devait aller trop loin, trop vite, et mourir trop jeune. Il n'allait pas être un de ces gamins de Brooklyn armé de bombes de peinture qui pensait avoir quelque chose à dire...

Ses racines se trouvaient dans la rue. Il dormait déjà sur les bancs publics à l'âge de 15 ans. Mais Picasso et Warhol étaient ses pairs et l'immortalité son destin. Né en 1960, mort d'une overdose en 1988, haïtien, portoricain, américain, noir, mais toujours bien plus que la somme de ses origines. Un provocateur. Un showman. Un musicien. Un écrivain. Et, par-dessus tout, un artiste. Un peintre qui mettait toute son énergie et son ambition dans ses œuvres, dans des constructions complexes de textes et d'images (plus de 800 en tout) qui ont changé la façon dont le monde regarde et perçoit la peinture. Ses toiles, tour à tour ironiques, iconiques, marquées par l'intelligence politique ou la critique sociale, ont capturé l'esprit plein d'adrénaline d'une époque qui l'a érigé en star : lui, l'enfant terrible aux dreadlocks, en costume sur mesure taché de peinture, qui exposait dans les plus grands musées et galeries du monde. Son dévouement à son art, son attachement à travailler tous les jours, était immuable. Il n'a fait que grandir en même temps que sa vision et son talent. C'est pourquoi il est l'ambassadeur TAG Heuer par excellence. Tout comme Basquiat défiait l'esthétique conventionnelle en faisant entrer le graffiti dans les galeries d'art, TAG Heuer a bouleversé l'esthétique horlogère. Comme TAG Heuer, c'était un pionnier qui refusait les limites qu'on lui imposait et qui ne craquait jamais sous la pression.

LIRE LA SUITE

AMBASSADEURS

Depuis plus de 150 ans, TAG Heuer relève avec succès tous les défis. En remettant en question les conventions mécaniques ancestrales, la Marque a porté l'horlogerie suisse vers des niveaux de précision et de performance inédits. TAG Heuer définit ses propres règles, choisit sa propre route, ne cesse jamais d'aller de l'avant, ne cède jamais aux compromis et ne craque jamais sous la pression, tout comme ses ambassadeurs.